Club de Londres

Club de Londres

Ce club réuni les banques privées qui détiennent des créances sur les Etats et les entreprises de la périphérie. Pendant les années 70, les banques de dépôt étaient devenues la principale source de crédit des pays en difficulté. Dès la fin de la décennie, ces dernières allouaient déjà plus de 50% du total des crédits accordés, tous prêteurs confondus. Au moment de la crise de la dette, en 1982, Le Club de Londres eut donc intérêt à travailler avec le FMI afin de gérer cette crise. Ces groupes de banques de dépôts se rencontrent pour coordonner le rééchelonnement de la dette des pays emprunteurs. On qualifie plus précisément ces groupes de commissions consultatives. Ces rencontres (à la différence du Club de Paris, qui se réunit toujours à Paris) ont lieu à New York, Londres, Paris, Francfort ou ailleurs selon les préférences du pays et des banques. Les commissions consultatives, formées dans les années 80, ont toujours conseillé aux pays débiteurs d’adopter immédiatement une politique de stabilisation et de demander le soutien du FMI, avant de solliciter un rééchelonnement ou une requête d’argent frais auprès des banques de dépôt. Ce n’est qu’en de très rares occasions que les commissions consultatives donnent suite à un projet sans l’aval du FMI, si les banques sont convaincues que le pays mène une politique adéquate.

CNCD - 11.11.11.

« Revenir au lexique