Co-développement

Co-développement

Il existe au moins cinq définitions de ce terme, une émanant des conceptions de l'Etat français, une du Conseil de l'Europe, une de l'ONU, une du FORIM, et enfin une des ONG françaises, et européennes  regroupés dans le réseau Eu-Nomad.

La définition de l'Etat français est la plus minimaliste des cinq. En effet, cette définition n'entend le terme co-développement que dans un aspect n'allant que du Nord vers le Sud. C'est à dire que le co-développement n'est vu que comme « toute action d'aide au développement »[1]où les migrants prennent part à un aspect du projet.

Pour simplifier, on pourrait dire que ce qui fait le co-développement pour l'Etat français est la présence à une étape du projet des migrants.

La définition du Conseil de l'Europe est elle plus large, elle considère que le co-développement peut être définie comme « une action de développement social, économique, culturel et politique des pays d'origine, » entreprise par « les migrants, leurs organisations, et leurs partenaires, à la fois dans les pays d'origine et dans les pays d'accueil. »[2]

Cette définition du Conseil de l'Europe intègre un aspect neuf, qui est de considérer que c'est l'initiative des migrants qui définit s'il s'agit de développement ou co-développement.

La définition de l'ONU reconnaît au co-développement la complémentarité des régions d'origine et des régions de destination dans « l'amélioration coordonnée ou concertée de la situation économique ».[3]

On peut dire que c'est ici la définition minimale du développement, dans le sens où celui-ci n'est vu que par le volet économique, mais tout en reconnaissant que cela a lieu « ici » et « là-bas »[4].

La définition du FORIM voit le co-développement comme un « facteur d'intégration pour les migrants des pays du Nord, il permet de dynamiser les relations entre « ici » et « là-bas » ».[5]

Les Organisations de Solidarité Issues des Migrants (OSIM) sont vues comme des porteurs de projet et des relais entre Nord et Sud. Dans cette définition, on peut remarquer qu'il est envisagé que le co-développement peut avoir lieu à la fois au Nord et au Sud.

La définition de EU-Nomad voit le co-développement comme « un processus de développement partagé, simultané entre « ici » et « là-bas » », où les migrants prennent une place prépondérante, puisque les OSIM sont vues comme des actrices de développement sur les deux espaces de leur espace de migration. Pour ce réseau, le développement ne peut être réalisé que par les échanges, la mobilité et les migrations.

Ici, le co-développement n'appartient que aux migrants qui en sont les moteurs, les bénéficiaires, et les porteurs de projet.

[1] 8 Octobre 2003, Communication en Conseil des Ministres.

[2] 2007, Recommandation du Comité des Ministres aux États Membres.

[3] 18 mai 2006, ONU

[4] « ici » et « là-bas » sont les expressions qu'utilisent les migrants pour parler de leurs actions.

[5] 3 Juin 2007

« Revenir au lexique